Orientation du contrôle des comptes : Recherche d’anomalies et détermination de points de contrôle à partir d’une balance générale et des états financiers (cas pratique)

A l’aide de la revue analytique, le commissaire aux comptes (ainsi que l’expert-comptable d’ailleurs) oriente ses contrôles de comptes, prépare son programme de travail. Une analyse sommaire de la balance générale permet déjà de déceler des anomalies (par exemple un compte 486x créditeur) et de mettre en place des points de contrôle (par exemple une variation du compte 1013x doit être justifiée par des documents juridiques).

Cette analyse est aisée à automatiser. Il suffit pour ce faire d’opposer une table de points de contrôle à la balance générale. C’est précisément cette automatisation que j’ai paramétrée sur la revue analytique que j’ai interfacée avec la base de données du logiciel AUDITSOFT (cf précédent article sur ce blog) et que je me propose de vous expliquer ci-après.

La mise en œuvre de ce cas pratique nécessite ACCESS.

Pour résumer, voici comment j’ai mis en application cet outil :

Table de points de contrôle :

J’ai tout d’abord créé une table des points de contrôle dans ACCESS dont voici un extrait :

J’ai réparti les points de contrôle en deux catégories (champ « Type_cond ») :

  • Les anomalies apparentes qui décelées attirent l’attention du réviseur. Ce type de contrôles vise à détecter les exceptions à des règles comptables.
  • Les points à justifier qui concernent des sujets d’attention pour lesquels le réviseur doit obtenir des documents justificatifs de la part des services comptables.

Cette table fonctionne de la façon suivante :

Les colonnes « Réfb » et « Réfh » définissent la tranche de compte concernée par le point de contrôle. La colonne « Sens » fait figure de critère déclenchant avec « D » pour débiteur, « C » pour créditeur et « M » pour sens du solde indifférent. Si la tranche débute par « VARIATION_ », ce n’est pas le solde qui sera utilisé comme critère déclenchant mais la variation du solde N / N-1 du compte.

Enfin, le champ « Libellé_cond » donne au réviseur une indication sur le point d’attention à traiter.

Par exemple :

Avec ce point de contrôle, chaque compte débiteur (« D ») inscrit dans cette tranche (dont le compte 1013x) sera traité comme une anomalie.

Ma requête gère les comptes de la balance générale (par exemple 1013x), les comptes de regroupement (par exemple 1x, 10x, 101x) et les postes des états financiers (par exemple capital social, capitaux propres). Pour simplifier l’exposé ci-après, je limiterai les exemples aux comptes de la balance.

Table « balance »

Deux balances générales sont nécessaires : N & N-1. Il faudra les regrouper avec une requête de regroupement (« GROUP BY ») puis adjoindre au numéro de compte « /1 » pour N et « /2 » pour N-1.

Requête confrontant la balance générale avec les points de contrôle

Ces deux tables définies dans ACCESS, il ne reste plus qu’à les confronter à l’aide d’une requête. Le but de cette requête est de lister la liste des comptes dont le solde ou la variation répond à un certain critère.

(1) Liste la balance N (« Right([réf],1)=1 ») : numéro de compte et solde.

(2) La balance N est fusionnée avec le résultat de la requête suivante.

Les sous-requêtes (5) et (7) fournissent les balances générales N & N-1, puis sont fusionnées l’une avec l’autre (6) avant d’être retraitées en variation N/N-1 (3) (4).

Résultat

Extrait du résultat de la requête :

Le résultat fourni est intéressant puisqu’il présente deux anomalies (le résultat N-1 n’a pas été affecté et les charges constatées d’avance sont créditrices) et attire l’attention sur deux points à justifier (des immobilisations produites par l’entité ont été comptabilisées et le compte 1512x a varié pendant l’exercice).

Conclusion

A partir d’une simple balance générale, l’auditeur dispose d’une batterie de contrôles de base à effectuer. C’est tout l’intérêt de cet outil d’analyse.

Il est parfaitement adaptable à d’autres types de contrôle (toutes les fois que l’on a besoin de confronter une liste de données à des critères de contrôle).

Share Button
The following two tabs change content below.
Benoît RIVIERE
Après seize années passées en cabinet d’expertise-comptable et de commissariat aux comptes (où j’ai exercé comme expert-comptable et chef de mission audit), j’ai pris le poste de directeur comptable d’un groupe de distribution automobile en novembre 2014. Au cours de ma carrière, j’ai acquis une expérience significative en audit et en exploitation des systèmes d’information (analyse de données, automatisation des tâches, programmation informatique) au service de la production des comptes annuels et consolidés. C’est cette expérience personnelle et ma passion pour l’informatique que je partage sur ce blog. Mon CV / Réalisations personnelles et projets informatiques / Ma collection / Me contacter

2 commentaires

  1. Pingback: Contrôle des comptes par le commissaire aux comptes à l’aide de l’analyse de données (article publié dans la RFC) | Audit & Systèmes d'Information

  2. Pingback: Analyse de données : interroger une base de données avec une requête SQL – Audit & Systèmes d'Information

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.