Mes machines à calculer

De la machine à calculer…

Avant que l’électronique n’envahisse notre quotidien, les calculs courants étaient effectués au moyen de machines à calculer manuelles. Il en a existé de plusieurs sortes : le boulier, la règle à calcul, la calculatrice à crosses…

Publicité pour la machine à calculer ADDIATOR (1928)

Publicité pour la machine à calculer ADDIATOR (1928)

La calculatrice (ou additionneuse) à crosses a été inventée en 1847.

Vue de l'intérieur de l'Arithmographe TRONCET (extrait du brevet d'invention de 1889)

Vue de l’intérieur de l’Arithmographe TRONCET (extrait du brevet d’invention de 1889)

Elle a suscité de nombreuses déclinaisons dont la plus connue est l’ADDIATOR commercialisée par la société allemande du même nom.

Ces machines à calculer mécaniques sont munies de réglettes coulissantes qui permettent d’effectuer les opérations de calcul élémentaires à l’aide d’un stylet. Elles sont généralement plates et légères et se présentent sur deux faces : l’une pour les additions, l’autre pour les soustractions. Ces machines tirent leur nom de la forme particulière des tirettes (en forme de crosse). C’est d’ailleurs à l’aide de cette crosse que la machine gère « automatiquement » les retenues. Ces machines permettent, en outre, d’effectuer des multiplications et des divisions au prix de savantes manipulations.

Machine à calculer MAXIMATOR (additions et soustractions)

Machine à calculer MAXIMATOR (additions et soustractions)

Machine à calculer ADDIATOR (additions, soustractions, multiplications et divisions)

Machine à calculer ADDIATOR (additions, soustractions, multiplications et divisions)

Pour apprendre à manipuler une calculatrice à crosses : c’est par ici !

Publicité américaine pour l'ADDIATOR ARITHMA (1972)

Publicité américaine pour l’ADDIATOR ARITHMA (1972)

Surpassées par les capacités de calcul et de mémorisation des calculatrices électroniques, la fabrication des machines à calculer manuelles sera définitivement abandonné au début des années 80 après plus de cent ans de bons et loyaux services.

Machine à calculer ADDIATOR à double clavier fabriquée par les Etablissements "Le Girondin" à Bordeaux

Machine à calculer ADDIATOR à double clavier fabriquée par les Etablissements « Le Girondin » à Bordeaux

Approfondir le sujet des machines mécaniques :

  • Page de Claude SAULNIER sur les machines à calculer,
  • Page de l’ANCMECA retraçant l’histoire de l’automatisation du calcul des origines aux premières machines à calculer

… A la calculatrice électronique

Remplaçantes des machines à calculer manuelles et autres règles à calculs à la fin des années 70 et alliées incontournables des comptables, les machines à calculer électroniques (ou calculatrice) ont pleinement profité de la miniaturisation des composants dans les années 70. Les plus élaborées sont programmables à l’image de la TI-58 de TEXAS INSTRUMENTS.

Publicité pour les calculatrices Texas Instruments TI-59 et TI-58 (1979)

Publicité pour les calculatrices Texas Instruments TI-59 et TI-58 (1979)

Merci à TN14 (14) pour sa calculatrice programmable TI-58 de TEXAS INSTRUMENTS

Calculatrice programmable TI-58 de TEXAS INSTRUMENTS (1977) : mémoire volatile, 480 pas de programme

Plusieurs technologies d’affichage ont existé : du LED de la TI-58 au LCD de la TI-30 LCD.

La calculatrice TI-30 LCD de TEXAS INSTRUMENTS (1980)

La calculatrice TI-30 LCD de TEXAS INSTRUMENTS (1980)

Les calculatrices électroniques ont occupé les poches et bureaux des comptables avant la démocratisation du tableur.

Publicité pour les calculatrices Texas Instruments (1980)

Publicité pour les calculatrices Texas Instruments (1980)

Calculatrices : COMMODORE 776M (1974), TEXAS INSTRUMENTS TI-58 programmable (1977), CASIO CLASSPAD 300 avec tableur intégré (2003), calculatrices diverses (convertisseur Franc/Euro, solaire...)

Calculatrices : COMMODORE 776M (1974), TEXAS INSTRUMENTS TI-58 programmable (1977), CASIO CLASSPAD 300 avec tableur intégré (2003), calculatrices diverses (convertisseur Franc/Euro, solaire…)

Sélection de documents sur le sujet :

  • Instruction pour se servir de l’Arithmomètre, machine à calculer inventée par M. THOMAS de Colmar (1884)
  • Brevet d’invention de l’arithmographe (ou calculateur mécanique instantané) accordé à M. Troncet en juin 1889
  • Les calculatrices programmables : des ordinateurs pour toutes les poches, L’Ordinateur Individuel n° 7 (mai 1979), p. 21
  • Les « programmables » disponibles en France de 250 ff à 4700 ff ttc, L’Ordinateur Individuel n° 7 (mai 1979), p. 26
  • Le jeu des allumettes sur TI-57, L’Ordinateur Individuel n° 19 (juillet-août 1980), p. 62

Les photos d’illustration sont issues de ma collection personnelle.

Approfondir le sujet :

L’informatique des années 80 / Ma collection / Ma documentation / Quelques idées de lecture

Share Button
Arithmomètre, nouvelle machine à calculer de M. THOMAS de Colmar
393.7 KiB
372 téléchargements
Détails...
Instruction pour l'Arithmomètre
Instruction pour l'Arithmomètre
Instruction Arithmomètre THOMAS 1884.pdf
22.1 MiB
247 téléchargements
Détails...
Brevet d'invention de l'arithmographe (ou calculateur mécanique instantané) accordé à M. Troncet en juin 1889
3.0 MiB
226 téléchargements
Détails...
Cartes Postales ADDIATOR
Cartes Postales ADDIATOR
Cartes postales ADDIATOR.pdf
260.5 KiB
369 téléchargements
Détails...
Le jeu des allumettes sur TI-57
Le jeu des allumettes sur TI-57
JEU ALLUMETTES TI-57 OI 19 07-08-1980 p62.pdf
297.9 KiB
412 téléchargements
Détails...
The following two tabs change content below.
Benoît RIVIERE
Après seize années passées en cabinet d’expertise-comptable et de commissariat aux comptes (où j’ai exercé comme expert-comptable et chef de mission audit), j’ai pris le poste de directeur comptable d’un groupe de distribution automobile en novembre 2014. Au cours de ma carrière, j’ai acquis une expérience significative en audit et en exploitation des systèmes d’information (analyse de données, automatisation des tâches, programmation informatique) au service de la production des comptes annuels et consolidés. C’est cette expérience personnelle et ma passion pour l’informatique que je partage sur ce blog. Mon CV / Réalisations personnelles et projets informatiques / Ma collection / Me contacter
Benoît RIVIERE

Derniers articles parBenoît RIVIERE (voir tous)

Un commentaire

  1. Pingback: L’usage des assistants personnels par un expert-comptable… en 1981 | Audit & Systèmes d'Information

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *